Cycles Alex Singer

L'entreprise

Ernest et Roland débutent, 1944

Alex Singer arriva dans les années 20 à Paris, avec son ami Jean Csuka depuis Budapest. Cycliste ayant déjà couru en Hongrie, il intégra le Clignancourt Sportif ou il cotoya Charles Pélissier puis le CSI.

 La réalité lui fit rapidement préférer le Cyclotourisme, mais ne trouvant pas de machine adaptée à son désir , il s'était perfectionné à la construction des cycles chez un fabricant  nommé Bianco.

 Entrepreneur, il s'installa « constructeur spécialiste» en 1938, au 53 de la rue Victor Hugo à Levallois-Perret, dans la proche banlieue parisienne. C'était un petit immeuble à un étage. En 1938, il en était locataire. La famille habitait au-dessus du magasin et de l'atelier. La devanture ne payait pas de mine.

 Cette famille était élargie, après sa rencontre avec Maria Baumeyer dont les cousins et cousine tous d’origine Alsacienne, aidèrent au développement de l’affaire avec l’apport de compétence diverses . Charles Baumeyer et Paul Reymond ( grand-père d’Olivier ) étaient tous deux ajusteurs-outilleurs chez Renault. Leur montage est toujours utilisé de nos jours. 

En 1945, les locaux s'agrandirent d'un tiers par acquisition d'une partie mitoyenne. Depuis, la surface - 132 m2 environ - et la disposition des lieux sont restés les mêmes.

La boutique de vente occupe le tiers de la surface totale du rez-de-chaussée. Un petit bureau et une réserve de pièces détachées séparent la boutique des ateliers de montage et d'assemblage, qui occupent environ 60 m2. De 1938 à 1944, 3 ouvriers y travaillaient (un pour l'assemblage et le brasage des cadres, deux pour le montage et les réparations). Maria Singer s'occupait de la vente à la boutique et du secrétariat, Alex de la gestion et de l'atelier. Mais sa situation n'était pas simple. En effet, mobilisé en 1939, il avait participé à la bataille de Dunkerque; il avait pu se tirer de ce mauvais pas. Mais il fut fait prisonnier sur la Loire. Après deux jours de captivité, il réussit à s'échapper. Il rentra à Paris, et mena une existence semi-clandestine pendant toute l'occupation allemande.  

Magasin Alex Singer, avant guerre
Magasin Alex Singer, après guerre